Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Première Grossesse

Première Grossesse

La Première Grossesse : Une fabuleuse expérience à partager

Hormones et sautes d'humeur - 15 sa ou 13 sg

Hormones et sautes d'humeur - 15 sa ou 13 sg

Les hormones ne sont pas mes amis. Outre le fait qu’ils soient à l’origine des nausées, ils provoquent chez moi des sautes d'humeur terribles, ou plutôt ils amplifient mon humeur du moment. Etant d’un naturel anxieuse… bonjour les dégâts...

Les médecins parlent hypersensibilité, cela peut apparemment venir de :

- La peur de ne pas savoir s’occuper du bébé,

- La peur des bouleversements physiologiques comme faire face à son corps qui se transforme (le ventre qui s’arrondi, la poitrine qui augmente ou l’aspect de la peau qui change),

- La peur pour la santé de l’enfant,

- Le stress de l’inconnu comme par exemple des questionnements sur l’accouchement,

- La peur de la douleur lors de l’accouchement : peur de la péridurale, de la césarienne, des forceps,

- Des angoisses dues à des événements stressants de la vie quotidienne,

- Du stress dû à une grossesse « à problèmes » ou à des complications lors d’une grossesse précédente.

Dans mon cas, il s’agit du stress du quotidien accentué par le désagrément des nausées journalières. Ma vie professionnelle, n’étant pas très épanouissante en ce moment, laisse beaucoup de temps à mon esprit pour vagabonder : cela n’est pas toujours bon et, a pour conséquent, de me mettre dans un état de nerf incroyable (énervements, palpitations, pleurs,...). Puis, après je culpabilise et me dit que ce n’est pas bon pour le bébé et que c'est complètement débile de réagir aussi vivement, je finis par être triste et mon moral en prend un coup.

J’ai donc fait quelques recherches pour ne pas rester dans une impasse et que les choses ne s’enveniment pas.

1ère étape : Essayer de trouver la source du problème (ce n’est pas forcement la grossesse)

2ème étape : En parler avec son conjoint car les non-dits sont souvent l’une des causes du mal-être et il peut aider à désamorcer la bombe.

3ème étape : Ne pas avoir honte de dire à son entourage que ça ne va pas très bien, que le moral n’est pas au beau fixe. Peut-être que vous ne serez pas comprise, mais au moins ce sera dit.

4ème étape : Essayer de trouver ensemble (votre conjoint et vous) une solution au problème, ou un façon de minimiser cette angoisse… pas simple

5ème étape : Si malgré l’aide de votre entourage, cela ne passe pas. Il faut envisager d’en parler avec la sage-femme ou le gynécologue afin de déceler une éventuelle dépressif prénatale.

Pour ma part, j’ai demandé à ma sage-femme acupunctrice si elle pensait que j’étais en dépression. Sa réponse fut non. Elle m’a dit que mon absence d’épanouissement professionnel, combiné à la mutation probable de mon époux pendant ma grossesse, les problèmes du quotidien et la culpabilité d'être dans cet état provoquait chez moi des angoisses énormes mais justifiées, que l’on ne peut pas assimiler à de la dépression. Mon souci est que je suis habituée à avoir la maîtrise de tout, et que là... je ne maîtrise rien. Il va falloir si faire.

Ma sage-femme m’a préconisé d’en parler librement afin de déculpabiliser et de trouver des solutions avec l’aide de mon conjoint. Elle préconise de m’occuper l’esprit ce qui est pour moi plus dur à mettre en pratique.

Ça n’a pas été très simple d’écrire cet article mais je pense que c’est pour moi une forme de thérapie. N’hésiter pas à commenter ou à partager votre ressenti. Il faut savoir qu’1 femme sur 10 fait face à ce problème. Parlons-en.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

Biroulegem 07/05/2016 15:06

Coucou,

je viens de découvrir ton blog, que je vais suivre avec intérêt ! En effet, je suis enceinte pour la première fois (pour début novembre), je partage du coup beaucoup de tes interrogations :) Hâte de lire la suite !

Lili 07/05/2016 23:11

Bonsoir,
Je suis ravie que mon blog te plaise et de pouvoir partager cette expérience avec toi. N hésite pas à commenter mes articles et tu peux me retrouver sur mon Facebook "Première Grossesse".
Bises